Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Si on parlait... ... cinéma, manga, série et littérature ? ça vous tente?

Ray Donovan (Saison 1)

David J. Collins

ray donovan saison 1

Ray Donovan est un détective travaillant pour le compte d’un cabinet d’avocats. Il est en charge de régler les situations compromettantes des stars, principalement en ayant recours au chantage, et ainsi préserver leurs intérêts et ceux de ses clients. Son univers bascule lorsque son père, en prison pour 25 ans, sort 5 ans plus tôt et décide de rejoindre la famille Donovan à Hollywood.

 

Un drame famillial à l’ambiance mafieuse où chaque personnage est pourri jusqu’à l’os, Ray Donovan est une série qui se regarde plutôt bien ou du moins qui se découvre plutôt bien. Parce que pour ce qui est de la revoir, c’est autre chose. Non pas que c’est mal foutu (hormis un nombre incroyable de faux-raccord). Au contraire, pour une fois, on ne donne pas dans la surenchère. Les situations hallucinantes s’installent petit à petit, contribuant à une intrigue que seuls les personnages compliquent par les tempéremment.

 

Relativement sombre, l’humour est noir, ne fait jamais dans la dentelle et les rebondissements surfent sur le côté dramatique plutôt que sur des twists incroyables ou incohérents. Ici, il n’est pas question d’en mettre plein la vue mais de coller au mieux à des personnages ténébreux et des situations qui ne le sont pas moins. Jamais très joyeux, toujours désespérant, on suit les aventures de cette famille au bord de l’implosion et on jubile devant un Jon Voight déchaîné, dans le rôle de l’une des pires pourritures que l’on ait pu voir sur un petit écran.

 

Malgré ce côté sombre, on se prend facilement d’affection pour les divers personnages, y compris Ray qui garde une éthique, un sens moral, alors que ses agissements et les moyens qu’il utilise pour parvenir à ses fins sont loin d’être catholique.

 

Bon nombres de sujets, parfois polémiques, sont abordés dans cette première saison ; sujets qui renforcent la puissance des personnages et assombrissent toujours un peu plus le tableau.

Commentaires