Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Si on parlait... ... cinéma, manga, série et littérature ? ça vous tente?

X-Files Saison 10

David J. Collins

x files saison 10

Une légère appréhension en entamant cette saison 10. Nous sommes plus de 20 ans après la première diffusion de cette série qui bouleversa tous les codes télévisuels.

Vu le nombre réduit d’épisodes, la première question que je me suis posée était de savoir si ce n’était pas là une sorte de test, observer la réaction du public, voir si ce dernier suivrait le mouvement. Car on le sait, faire du neuf dans les vieux pots ne fonctionne jamais dans ce monde là.

Carter avait déjà fait l’expérience avec le deuxième film, Régénération. Les agents étaient alors retombés dans l’oubli, satisfaisant ponctuellement le fan que je suis.

J’ai d’abord cru à un vrai retour et en même temps j’émettais de solides réserves. Bizarrement, l’un comme l’autre ont une raison d’être.

Ce qui fâche…

Le premier épisode n’est pas convaincant du tout et vient appuyer la sensation que Carter court après une gloire passée qu’il tente vainement de faire renaître. Seulement il ne prend pas le temps de poser les choses. 6 épisodes, c’est extrêmement court, à croire que la Fox elle-même n’y croit plus. Je ne voyais qu’une solution en fait pour le retour de nos agents si spéciaux : une enquête sur fond de complot se déroulant sur ces 6 épisodes. Là, ça aurait peut-être fonctionné. Hors, le parti pris ne fait qu’accumuler  les bourdes : ça va vite, on rouvre les affaires non-classées comme ça, d’un coup de baguette magique, alors que l’on a passé son temps à les fermer, à mettre des bâtons dans les roues de Mulder et Scully. C’était le principe même du complot : toujours prendre à contre-pied ce qui était révélé auparavant. Pour le coup et vu la façon dont c’est amené, rouvrir le bureau n’a plus aucun sens hormis celui de délivrer des épisodes indépendants au lieu de nous laisser le temps de nous remettre dans le bain. Aucun véritable enjeu dans ce retour, aucune logique non plus ; la magie déçoit quelque peu et cette précipitation se répète dans le dernier épisode où l’on nous apporte des réponses bancales à une intrigue qui n’a pas le temps de se poser. Et les incohérences ne font rien pour aider à comprendre ce qui se passe vraiment. Il faut aller tellement vite que l’on se prend les pieds dans tous les tapis qui traînent, sabordant ainsi un retour réellement prometteur.

On notera l’envie certaine de passer à la vitesse supérieure en termes d’effets horrifiques ce qui m’a amené à penser que les saisons 3 et 4 étaient beaucoup plus abouties de ce point de vue là et donc moins racoleuses. Comme s’il fallait donner dans le gore pour attirer le public, chose que X-Files n’a, à la base, pas forcément besoin de faire. Le côté horreur a toujours justifié l’histoire et non l’inverse comme c’est présentement le cas.

Ce qui fâche moins…

Il y a réellement des choses intéressantes et attirantes dans cette saison. Bizarrement, ce ne sont pas les intrigues autour d’un complot gouvernementalo-extraterrestre qui m’auront le plus intéressé mais bien ces histoires indépendantes ou plutôt le traitement qu’on leur a imposé. Pourtant sans grande originalité dans la réalisation, il faut réellement attendre l’épisode 3 pour retrouver le délire et la satire dont pouvait faire preuve la série auparavant et avoir enfin quelque chose d’original et stimulant. Inutile de dire que l’épisode écrit par Darin Morgan est à la hauteur de ces prédécesseurs et nous donne droit à une bonne tranche de rigolade absurde bouleversant les codes établis, comme on les aime et le délire psychédélique de l’épisode 5 est pas mal non plus dans son genre.

L’autre aspect qui m’aura plu c’est le changement de personnalité entre Mulder et Scully. Le premier remet tout en question, jusqu’à dénigrer son propre travail, et la seconde revient moins sceptique. Un inversement de rôle qui relance cette relation si particulière entre les deux protagonistes.

Pourtant, ça ne prend pas complètement, comme si personne ne croyait vraiment à ce qu’il faisait, comme si ce retour était d’entrée voué à l’échec. À mon sens, cela tient au nombre si peu élevé d’épisodes, d’où ce sentiment de voir une œuvre aux intentions sincères mais bâclées, accumulant les incohérences, les raccourcis scénaristiques en espérant que le public n’y verra que du feu. L’arrivée de deux nouveaux agents en prévision du remplacement de Mulder et Scully ne prend pas non plus, on n’y croit pas ou du moins, je n’y ai pas cru. Caricatures extrêmes de Mulder et Scully, ils sont très vite inutiles. Pourquoi tant d’efforts vains à vouloir faire revenir ces légendes si c’est pour d’ors et déjà préparer leur départ ?

Sans parler de catastrophe absolue, cette saison 10 est victime de la précipitation du studio qui  a donné vie à une œuvre culte. Il ne fallait aucune raison pour faire revenir Mulder et Scully et il ne fallait pas non plus pour les faire définitivement disparaître… Ne serait-ce pas cela le véritable complot ?

Commentaires