Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Si on parlait... ... cinéma, manga, série et littérature ? ça vous tente?

Sac d'Os (Stephen King)

David J. Collins

sac d'os bag of bones stephen king

Je pense que pour réellement apprécier Sac d’os à sa juste valeur, il faut connaître son auteur ou du moins avoir lu pas mal de ses bouquins, sinon tous.

Je m’explique… dans sa première partie, King décrit les sentiments qui nous animent lorsque l’on perd un être cher. Cela est arrivé à chacun d’entre nous donc forcément, il touche au cœur. Personnellement, j’ai lu ce livre quelques années à peine après avoir perdu mon père… Ces évènements tragiques, King nous les fait vivre de l’intérieur, remuant tripe, cœur et tête.

Dans sa deuxième partie, il explique ce que vit un écrivain lors de l’épisode tant redouter de l’angoisse de la page blanche. Et là, que l’on soit soi-même écrivain ou pas, il touche encore une fois au cœur, nous entraînant dans des sensations intimes et dérangeantes, nous faisant vivre cette détresse page après page. Et nous en sommes à 200 de ces pages. 200 pages où nous sommes remués dans tous les sens, sans échappatoire.

Et là… c’est 500 pages où tout se passe pour le mieux. Des choses affreuses sont racontées mais on est bien, rassurés. Rien ne peut mal se passer, c’est impossible. Alors on regarde la couverture pour vérifier que c’est bien Stephen King qui a écrit tout ça parce que ce n’est pas possible. On est dans un véritable conte de fée, en un peu plus hard quand même ; tout n’est pas rose mais comme je l’ai dit, on ne peut être inquiet de ce qui arrive. Tous les problèmes, aussi compliqués soient-ils, trouvent une solution et les situations les plus sordides ne sont au final que des pétards mouillés. « Rassure-toi, ami lecteur », semble nous dire King.

Seulement voilà, nous sommes justement avec Stephen King. Il sait nous prendre par la main et nous emmener dans des sentiers que lui seul connait, en nous disant que l’on n’a pas à être inquiet, qu’effectivement tout se passera pour le mieux, qu’il faut avoir confiance…

Foutaises, oui ! 500 pages, c’est pour docilement nous endormir ou plutôt nous hypnotiser ! Parce que le réveil est brutal, effrayant, angoissant et les 100 dernières pages sont un véritable cauchemar où l’on comprend le sens de l’expression « le calme avant la tempête ». On est broyé par une machine infernale que l’on n’a pas vue venir et la seule manière d’en terminer, c’est d’arriver au point final.

C’est pour cela que Sac d’Os est considéré comme LE chef d’œuvre de Stephen King et je suis d’accord avec ça.

 

Commentaires