Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Si on parlait... ... cinéma, manga, série et littérature ? ça vous tente?

The Newsroom - Saison 1

David J. Collins

newsroom

Will McAvoy est le Dr House du journalisme. Acariâtre, répugnant, mais journaliste de génie, il doit faire équipe avec la personne qu’il déteste le plus au monde. À eux deux, ils veulent révolutionner le monde du journal télévisé en prenant à contre pied les plus grandes éditions.

Cette série commence par dix minutes absolument somptueuses où le fameux Will, contraint de répondre à une question, va mettre à mal la société américaine. Son discours est cependant universel et nous renvoie en pleine face l’image peu glorieuse de notre vie quotidienne, celle que l’on refuse de regarder en face.

Ce premier épisode part alors sur les chapeaux de roue et le rythme effréné ne se dément pas sur toute cette première saison.

Revenant sur les faits marquants de ces derrières années (l’affaire de la marée noire BP, la mort de Ben Laden, le printemps arabe…) la série nous montre l’Histoire américaine contemporaine et ses répercutions sur le monde, avec un sens critique affûté.

Pas de langue de bois, un cynisme redoutable et une vérité qui bien souvent est à faire peur.

Les coulisses du journal télévisé remuent, tiennent en haleine et enchaînent les effets papillons sur des dialogues pertinents, incisifs et rapides. Si l’espoir nait souvent, il se termine tout aussi souvent dans la désillusion la plus totale. Sans être complètement pessimiste, on surfe alors sur ce qu’est la vie de tous les jours.

Sur un rythme enlevé, un montage énergique, les 10 premiers épisodes matraquent la conscience sans jamais faiblir.

Les personnages, même les plus exécrables de prime abord deviennent très vite attachants. La ligne directrice prise par la rédaction fait resurgir le côté humain incapable de mentir. Les petites embrouilles deviennent alors des montagnes aussi compliqué à passer que les grosses.

Ce que je déplore cependant, ce sont ces histoires de fesses qui tantôt peuvent être redoutables pour l’avenir de l’entreprise, tantôt ne servent à rien, voire sont complètement ridicules, renvoyant ainsi les efforts pour être le plus juste possible dans les propos et les situations à la poubelle.

Quoi qu’il en soit, la série démarre fort avec un humour et une légèreté qui nous permet de souffler après ces moments si intenses de l’actualité de ces six dernières années.

Commentaires