Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Si on parlait... ... cinéma, manga, série et littérature ? ça vous tente?

True Detective Saison 2

David J. Collins

true detective saison 2

C’était avec une certaine impatience que j’attendais cette seconde saison de True Detective. On savait qu’il s’agirait d’une nouvelle histoire, avec de nouveaux personnages et aucune relation avec la précédente saison. Un concept intéressant s’il est maîtrisé correctement.

De ce point de vue là, donc, cette saison fait fort. La seule chose qui ne change pas, c’est cette atmosphère pesante digne des grands polars noirs des années 1970 (Farell a d’ailleurs un personnage tout droit sorti de cette époque). Pour le reste, tout est nouveau. Le cadre où se déroule l’enquête, l’intrigue non plus basée sur un serial killer mais sur du politico-judiciaire, mêlé au monde du porno… plus question de co-équipiers : ce sont des enquêteurs de différents milieux qui vont devoir s’allier malgré eux. Tous torturés d’une manière ou d’une autre, à l’instar de la première saison, les sujets sont variés et plus ou moins troublants, voire choquants. Le reproche que l’on pourrait faire cependant est que l’homme n’a pas le monopôle de destruction sur la femme. L’inverse est bien plus souvent véridique qu’on ne veut le penser et cet aspect est quelque peu écarté dans la série et je suis ironique avec le « quelque peu ».

Si j’ai largement préféré la première saison (que j’avais tombée en une journée), celle-ci reste plutôt pas mal, très prenante, avec une large référence à David Lynch (sans atteindre ce summum, hélas) et extrêmement bien interprétée, encore une fois. Certaines séquences sont très fortes mais on n’en aura pas d’aussi mémorables que dans l’épisode 7 de la saison précédente. À noter tout de même que c’est parfois un peu compliqué de suivre tout ce qui se passe, un peu brouillon.

La bande son, quant à elle, est moins prenante que dans la première saison. Le générique de début est visuellement accrocheur, calqué sur son aîné, mais la chanson ne m’a pas convaincu, loin de là. J’ai même très rapidement zappé ce générique.

Pour ma part, sans être un naufrage comme j’ai pu le lire ici ou là, cette suite reste réussie. En tout cas bien plus que la plupart des séries d’aujourd’hui qui bien souvent, se vautrent dans les grandes largeurs en tentant de confirmer le premier succès.

Commentaires